Acoustique dans l'industrie



Applications dans l'industrie



La surdité est la deuxième maladie professionnelle et 750 cas sont recensés chaque année. C'est pourquoi, le niveau de l’exposition sonore quotidienne des salariés ne doit pas dépasser 85 dB(A) selon l'Article R4431-2 du Code du travail  au risque de porter atteinte à la santé des travailleurs.

En France, un quart des ouvriers de l'industrie est confronté de manière prolongée à des bruits dépassant cette limite réglementaire.

Les procédés industriels émettent du bruit. Il est possible d'isoler les sources de bruits grâce à des isolants spécifiques. Quand cela n'est possible, et que les employés sont confrontés à ces ambiances bruyantes, il est de rigueur d'utiliser des protection auditives adaptées. Afin de déterminer les isolants acoustiques adaptés, que ce soit pour les machines ou pour les oreilles humaines, il est indispensable de réaliser une analyse fine du spectre du bruit en décomposant ce dernier en bandes d'octaves.

Pour ce faire, il faut réaliser une analyse du bruit en le décomposant par bande d'octaves, c'est-à-dire une analyse spectrale du bruit, afin d'obtenir le niveau sonore équivalent par bande d'octaves Leq/octave. Pour une analyse plus fine, on peut préciser la mesure en décomposant le spectre du bruit en 1/3 d'octave Ainsi, il est possible de choisir des protections auditives diminuant le niveau sonore des bandes d'octaves les plus impactantes (Bruit d'une machine industrielle par exemple) tout en permettant de maintenir la communication (Bande d'octaves différente) entre les employés par exemple.

Lorsque le niveau d'exposition dépasse 90 dB(A), l'ouvrier a l'obligation de porter des protecteurs. Pour les sons de durée très brève (chute de tôle, tirs de mines...) appelés sons impulsionnels, la mise à disposition de protecteurs est demandée à partir de 135 dB et le port obligatoire au-dessus de 140 dB.

Pour la mesure d'un son impulsionnel, il vous faudra utiliser la pondération temporelle Impulse (I). La fonction "peak" du sonomètre vous aide à quantifier l'exposition sonore de crête du bruit concerné. Cette fonction étant utilisée pour des bruits de forte intensité, on applique au résultat la pondération C, le niveau de crête est donc noté Lpk (C).



Retour vers le guide de choix des sonomètres

window.sendinblue=window.sendinblue||[];window.sendinblue.methods=["identify","init","group","track","page","trackLink"];window.sendinblue.factory=function(e){return function(){var t=Array.prototype.slice.call(arguments);t.unshift(e);window.sendinblue.push(t);return window.sendinblue}};for(var i=0;i